À propos

Le Sémaphore s’intéresse à la projection d’images sous toutes leurs formes. Collectif à géométrie variable situé au croisement du cinéma, des arts médiatiques et de l’action directe, il conçoit des programmations de films, réalise des interventions in situ, élabore des dispositifs de projection et anime des ateliers de création. Revendiquant la place de l’art dans l’espace public, il investit dans la nuit des lieux insolites ou périphériques: friches urbaines, terrains industriels, espaces naturels, lieux éphémères… La démarche du collectif fait appel à une large part d’expérimentation, combinant des technologies analogiques et numériques, et ses projets se déploient à des échelles très variées.

Fondé en 2011 comme cinéclub, le Sémaphore a au fil des années élargi son mandat initial de commissaire pour inclure également la création, la conception et la médiation, affirmant aussi un intérêt de plus en plus marqué pour l’art public. Après deux années de projections organisées dans des parcs montréalais, c’est en 2013 que le collectif a effectué sa première intervention in situ, un mapping sur une usine en instance de démolition; cela instaurera la pratique des interventions, réalisées depuis ponctuellement au gré des propositions et de l’actualité. En 2015 puis 2016, le collectif a lancé des appels de courts métrages et diffusé plusieurs programmations en extérieur pendant l’été, notamment pendant les festivals Organigramme et Zone Homa. L’année suivante, le Sémaphore a été commissaire en résidence à Vidéographe, tout en participant aux célébrations entourant le 375e anniversaire de Montréal par la conception d’une installation pour les ruelles. 2017 est aussi l’année où le collectif s’est immatriculé comme organisme à but non lucratif afin de pérenniser ses activités, tout en conservant sa structure horizontale et ouverte. Depuis, le Sémaphore a notamment réalisé un projet en lien avec le décès de la cinéaste Agnès Varda, donné des ateliers dans une école primaire ainsi que lors du Festival des arts de ruelle, et organisé une projection dans un cinéparc abandonné.